Fondée en 1872 par Henri de Lacaze-Duthiers, la station Biologique de Roscoff est un organisme CNRS, en partenariat avec l’Université Pierre et Marie Curie.

On trouve au sein de cette station, plusieurs départements de recherches, qui ont comme point commun de faire de la biologie sur des modèles marins, qui peuvent être animaux ou végétaux. La Station Biologique de Roscoff est un des hauts centres français de la recherche en biologie marine. Les scientifiques de la Station se sont notamment illustrés récemment dans la recherche sur le plancton et le changement climatique lors de la mission Tara Océans. Des contacts plus particuliers se développent depuis plusieurs mois avec Xavier Bailly, chercheur en photosymbioses marines, telles que les vers roscoffensis de Roscoff, les coraux, certains types de méduses, etc. Tous ces domaines de recherches sont cruciaux dans le contexte scientifique du réchauffement climatique et de l'acidification des océans. Xavier Bailly et le CNRS Roscoff développent un kit pédagogique biobox en partenariat avec l'Education Nationale pour faire comprendre aux plus jeunes les photosymbioses marines. ArtLabo entend s'appuyer sur ce kit dans les écoles et les fablabs et biohackers/spaces au cours de la durée du programme. Xavier Bailly est également intéressé à collaborer avec des artistes et nous l'avons invité à présenter son travail en avril 2015 en compagnie des bioartistes slovènes Robertina Sebjanic et Maja Smrekar qui travaillent sur des sujets similaires. Nous entendons prolonger cette recherche commune et inviter les artistes en résidence dans le laboratoire photosymbiose à Roscoff, organiser des visites ArtLabo à la Station, travailler sur une mise à jour du kit pédagogique biobox (design, multimédia).

Xavier Bailly est ingénieur de recherche au CNRS basé à la Station Biologique de Roscoff, dans le Finistère.

Depuis une dizaine d’années, Xavier Bailly développe à la Station Biologique de Roscoff un modèle marin que l’on trouve sur certaines plages de l’Atlantique, un ver plat de couleur verte appelé Symsagittifera roscoffensis qui vit en symbiose avec des algues unicellulaires.

Les animalgues

Si on devait mettre en équation une symbiose, c’est à dire une association fonctionnelle et permanente entre 2 organismes différents, on pourrait écrire 1 + 1 = 1 … si c’est déconcertant d’un point de vue algébrique ça l’est également d’un point de vue biologique. Les symbioses les plus emblématiques de l’océan sont les photosymbioses coralliennes qui associent étroitement un animal et des microalgues, ces dernières étant hébergées dans les tissus de l’animal où elles continuent de réaliser la photosynthèse : des chimères photosynthétiques – ni totalement animale ni totalement algale : animal + algue = animalgue ? En tout cas, on observe des animaux, pas seulement les coraux, qui acquièrent une activité photosynthétique pourtant assurée à la surface de la Terre et des Océans par les plantes et les algues.

Au cours de la conférence, un modèle de laboratoire photosymbiotique développé à la Station Biologique Roscoff et qui vit sur les côtes de l’Atlantique servira d’exemple pour découvrir ce paradoxe : comment on devient un animal photosynthétique et qu’elle est l’importance biologique et écologique de ces élégantes photosymbioses à la surface de la Terre.